top of page

David Bellion x Taittinger Cuvée Prestige Brut

davidbellionnb.jpg
476392 (3).png

Crédit : Pascal Le Segretain

David Bellion

Après avoir fait les beaux jours de Manchester United et des Girondins de Bordeaux où il a empilé les buts et les trophées, David Bellion a terminé sa carrière dans un autre club chargé d’histoire : le Red Star. Contrairement aux joueurs qui recherchent un dernier contrat juteux dans des championnats exotiques, David a privilégié une reconversion singulière qui l’a propulsé directeur créatif de ce club mythique. Depuis plusieurs années, sous son impulsion, le Red Star multiplie les collaborations audacieuses avec la crème des artistes et des créateurs. À tel point qu’à 39 ans, David est aujourd’hui un personnage incontournable de l’écosystème de la mode parisienne. Insatiable, l’ancien footballeur a aussi co-créé le magazine Sport-Étude et l’agence Supervision Office au sein de laquelle il s’occupe de l’image de sportifs de haut niveau et de marques de vêtements. Un homme dans le vent comme on dit.

Avez-vous une cave à vin ?

Cela va peut-être vous surprendre, mais non ! J’adore boire du vin en étant bien entouré, j’ai de très bons amis qui en produisent, comme mon ancien coéquipier Jussiê, qui est devenu vigneron en Bourgogne, mais je n’ai jamais poussé jusqu’à commencer ma cave… Même à l’époque où je jouais à Bordeaux ! D’ailleurs, l’année où on a gagné le titre, en 2009, on a eu le droit à un Château Laffite en cadeau. J’ai bien essayé de la garder celle-ci, mais on a fini par me la voler dans mon garage et je n’ai jamais eu le plaisir de le boire…

Vous avez eu un restaurant à Bordeaux il y a quelques années. Là, on imagine qu’il a bien fallu composer une cave ?

C’est vrai ! C’était un restaurant imprégné d’une forte culture italienne. Ma référence absolue, c’était Massimo Bottura, le chef d’Osteria Francescana Osteria à Modène. La première cave du restaurant était donc exclusivement composée de belles bouteilles de vins italiens : des Solaia, Sassicaia, Gaja, Ornellaia… Le père de mon épouse, qui est italien, s’en était chargé Il était parti en voyage accompagné d’un chef local pour faire la sélection. Puis, avec le temps, sous les conseils du chef Aurélien Crosato, j’ai fait évoluer cette cave, en cherchant un équilibre différent, avec des vins français et notamment des bordeaux. 

Vous avez passé sept années à jouer à Bordeaux. Vos connaissances en la matière ont progressé ?

Quand je suis arrivé, je n’étais pas du tout connaisseur, mais avec le temps et de l’humilité, on progresse. À Bordeaux, j’ai découvert que le vin, ce ne sont pas que les grands noms. Il y a aussi des petites pépites à découvrir. Et pour ça, il faut explorer, goûter. Il y a d’ailleurs un parallèle avec l’univers de la mode, où il existe des petits labels qui font des pièces extraordinaires. En étant basé dans une ville aussi chargée d’histoire et de culture, forcément, ça donne envie de découvrir des vins particuliers. Et ce qui est super, c’est que naturellement, au contact de connaisseurs, en allant au restaurant, en étant curieux, on peut faire des découvertes incroyables. Je bois peu mais avoir la chance de goûter des bons champagnes et des grands vins, en étant bien entouré, c’est un privilège de la vie. 


 

logo blanc.png

Le choix de David Bellion

Taittinger Cuvée Prestige Brut

« J’ai toujours eu un faible pour le champagne. Lorsque j’étais encore en centre de formation et qu’on sortait en boîte avec des copains, on prenait toujours une bouteille. Ça nous donnait l’impression de faire partie de la fête. Quand je suis arrivé à Sunderland, mes coéquipiers me chambraient et me surnommaient même “Champagne Charly” parce que tout le monde buvait de la bière, sauf moi ! Lorsqu’il a fallu choisir le champagne de notre mariage, ça a donc été un vrai sujet avec ma femme ! On a fait une dégustation et notre choix s’est porté sur le Taittinger Cuvée Prestige Brut. C’est un champagne à la bulle fine et délicate. Son goût est frais et minéral, avec un équilibre parfait. À tel point que, lorsqu’on finit sa flûte, on a souvent envie d’en reprendre une ! »

476392 (3).png

Retrouvez toutes les actualités de David Bellion via son agence de conseil Super Vision Office

bottom of page